lundi 9 janvier 2017

Les voeux du Président ...

Mes cher(e)s ami(e)s,


Il me restait encore du temps devant moi pour présenter ici tous mes vœux, mais j'ai pensé que "pas trop tard " serait aussi une bonne idée.


Je vais commencer par vous souhaiter une excellente santé.


D'une banalité affligeante, ce vœux cher est le seul qui me semble être vraiment souhaitable.
Car quoi ? si vous êtes souffreteux en 2017 vous ne viendrez pas me lire ... et au rythme infernal où défilent ici les articles, il faudra avoir la santé pour suivre.


Et puis, je vous souhaite d'être aimé.


Car quoi ? une fois en bonne santé, à quoi celle-ci servira t-elle s'il n'est point d'âme aimante à vos côtés pour en profiter ? Soyez aimé, tâchez d'être aimable.


Enfin, je vous souhaite d'être joyeux.


Car quoi ? si l'on est en bonne santé et que l'on se sait aimé, la joie est le minimum à déclarer !


De mon côté, je suis en bonne santé, il me semble que je suis aimée et j'ai la chance d' être née avec les gènes de la joyeuseté. Ca c'est réglé.


En 2017, j'ai donc d'autres grands projets...
Crocheter mieux,
Lire davantage,
Progresser au travail ou en changer,
Participer à de nouveaux projets en soutenant mes amis dans les leurs,
Philosopher avec mes enfants,
Devenir un bon yogi,
CRIER MOINS,
Aller au cinéma,
Prendre soin de mes amitiés,
Aider Couiny à  avoir un sommeil de qualité, ce qui sera pour toute la famille un formidable cap de franchi !


Voilà, je crois avoir fait le tour de MES vœux à MOI-MEME, la liste s'allongera probablement, je ne suis pas à l'abri d'une amélioration, ni d'un exploit ... De toute façon j'ai la modestie tellement grande qu'il me sera impossible de le taire ici.
Restez dans le coin et continuez d'y croire ...





mardi 13 décembre 2016

Je me souviens...

Ce matin, en montant les marches de la sortie de métro Invalides, le bruit d'une semelle qui frotte sur les marches me ramène soudainement dans ma cour d'école de CM1.
J'ai 9 ans.
Les filles jouent à l'élastique dans la cour.
En sautant, les pieds les plus habiles rentrent légèrement en dedans, la bride métallique de la boucle de nos chaussures faire un petit bruit particulier.
Ce bruit que j'aime entendre quand j'aide Chouiny à boucler ses babies.
L'année précédente, une nouvelle élève est arrivée dans la classe. Elle est vraiment mignonne, écrit très joliment et réussit parfaitement en classe. Elise Boibien. L'été du CM1, elle partira découvrir les marais salants et m'enverra en souvenir de ses vacances une carte postale. De marais salants.
A la rentrée, elle revient extraordinairement bronzée. Je m'imagine alors toute une histoire sur la réverbération des marais salants et pense au soleil éclatant qui a dû illuminer ses vacances.
La même année j'apprends donc ce que sont les marais salants, je découvre le groupe Santana dont notre Maître d'école nous joue des morceaux à la guitare, j'apprends le mot sérigraphie, je découvre aussi la peinture sur soie.
Je crois pendant longtemps, à cause du Maître d'école, que le verbe "frôler" n'existe pas parce qu'il le dit quand nous venons nous plaindre qu'untel nous a frôlé à la balle au prisonnier. "Frôler ça n'existe pas".
Je me souviens du soleil dans notre cour de grève et des limites tracées au pieds.
Je me souviens de l'anxiété que je portais devant les petites interrogations sur des choses qui me semblaient faciles mais que je loupais parce que le Maître avait dit avant que nous ne commencions "attention, il y a des pièges", du coup, craignant partout le piège, j'inversais mes réponses qui devenaient alors fausses.
Je me souviens de résultats trouvés comme intuitivement, ce à quoi le Maître ne croyait pas.
Je me souviens des promenades pédagogiques dans les chemins de notre campagne, que je vivais comme une expédition, la joie de sortir de l'école pour aller reconnaître des feuilles de chêne, des glands, des feuilles de peuplier.
L'année des correspondants, d'abord Charline Portron de Charentes Maritimes l'année du CM1, chez qui j'étais allée passer quelques jours et qui m'avait offert un foulard en mousseline rose fluo, puis Batiste Véga de Vy-lès-Lure, l'année du CM2, qui m'a appris le mot "asthmatique".
Je me souviens des fêtes du cidre où nous allions avec nos parents un dimanche de septembre, de la Sainte Catherine et du froid qui nous saisissait quand nous déambulions entre les étales de linges,  bonbons et autres pommes d'amour. Les auto-tamponneuses.
La phrase que nous apprenions à décomposer en classe, sous la forme d'une maison à plusieurs branches.
Le complément circonstanciel que je trouvais léger de circonstance et toujours si facile à identifier. Celui dont on pouvait se passer ou le déplacer sans altérer le sens de la phrase.
Les divisions et les retenues. La fête de Noël dans la classe en CM2 lors de laquelle nous avions eu le droit de danser. Le sweat gris que j'ai dû porter un milliard de fois et que j'aimais tellement. Mon sac d'école à franges, Yolaine, Robert, Hervé, Bruno, Angélique, Damien, Géraldine et son frère dont les parents ont divorcé l'année du CM2. Sébastien et son frère Yannick, l'hiver et ses congères dans lesquelles nous nous asseyions sur le bord de la route qui nous conduisait à l'arrêt des cars.
Et le bruit si particulier d'une semelle sur la marche ... Je me souviens ...

lundi 12 décembre 2016

Chambre d'enfants ... Avant /Après !

Comme je sais que vous avez beaucoup apprécié de voir le nouvel agencement de notre salon, voici désormais l'avant/après en images de la chambre des enfants.


Nous avons fait appel une fois encore à Pierre Rednic pour cette création et nous sommes très heureux du résultat !


Nous nous sommes inspirés de deux modèles dénichés sur le net, dont celui-ci, que Pierre a ensuite réinterprété suivant son inspiration et nos besoins.



La chambre que les enfants occupent désormais était la nôtre et comprenait un placard "intégré" ainsi qu'un petit dressing d'angle sur mesure que nous n'avons pas supprimé parce qu'il était assez pratique pour mettre tous les vêtements des enfants, rangés et répartis en fonction de leur autonomie.




Avant l'arrivée de Pierre nous avions complètement vidé cette chambre et avons tous dormi dans une autre chambre ... oui TOUS et c'était assez relou mais enfin, les enfants étaient très contents et nous avons survécu !



 




Pierre et son équipe ont d'abord monté toutes les pièces pour pouvoir les assembler sur place. Nous avions demandé à avoir un ensemble démontable en cas de déménagement.


Il devait également créer deux bureaux pour les enfants. Un de 2 places logé sous le lit de Fouiny pour les filles et un bureau indépendant pour Fouiny lui même que nous avions choisi de positionner à coté de la porte.


Voici donc ce que donne l'ensemble avec pour chaque lit un éclairage et un coffre pour mettre nos valises, sous le lit du bas, celui de Couiny.
  




En haut, le lit de Chouiny et en bas celui de Couiny.
Nous avons commandé des matelas chez Matelas No Stress



 Au fond, dans la partie "renfoncée", nous avons logé le lit le plus haut, celui de Fouiny qui a d'ailleurs nécessité la réalisation d'un matelas sur mesure.




et voici le bureau de Fouiny ...




Le résultat est vraiment tout à fait formel à nos attentes, les enfants sont ravis et nous aussi !
Ceci étant des aménagements sont à finaliser pour faire de cette chambre un endroit à la fois chaleureux et optimisé. Je pense notamment à déplacer le bureau des filles, peut être pour le positionner devant la fenêtre et faire de l'emplacement actuel un coin lecture avec un ou deux petits poufs ... A suivre donc ...


En attendant voici une dernière photo de ce que cela donne actuellement...




J'espère que ce petit reportage avant/après vous aura plus et qui sait, peut être vous aura t-il donner quelques idées !
Vous trouverez une partie des réalisations de Pierre sur son compte Facebook .


Je reviens bientôt ici pour vous montrer le dernier projet réalisé dans notre chambre : un dressing ...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...