vendredi 12 juillet 2019

Bientôt un an !

Voici donc presque tout pile un an que nous avons quitté notre banlieue du 92 pour venir nous installer en province, à Troyes.

Alors ? me direz vous, on en est où du bilan d'exilé ?

L'année est passée très vite, les petits ont plus ou moins trouvé leurs marques et Sweety a survécu aux allers-retours en train pour aller travailler à Paris. 
De mon côté j'ai bouclé mon Master à l'ESCP, et j'ai créé mon agence en Janvier.

Evidemment sur place tout était à reconstruire, car même si nous y avons retrouvé bon nombre de nos amis, il a fallu se bouger pour le réseau professionnel.

J'ai vite rejoint un tiers-lieu très sympathique (Le Rucher Créatif) d'abord pour sortir de l'isolement d'auto-entrepreneuse mais aussi pour apporter mon aide et intégrer la commission de communication de l'association. Grâce au Rucher j'ai également animé un atelier sur l'humour de connivence en marketing qui m'a donné de la visibilité.
Parallèlement, j'ai bossé avec l'aide d'une précieuse amie de promo (Maha ma Biche si tu passes par là !) ma campagne auprès de la presse (locale et nationale) pour faire connaître l'agence et ses objectifs. J'ai également très vite rejoint un réseau d'entrepreneuses, Créez comme Elles.

Comme je l'avais évoqué dans un précédent billet, je travaille sur deux projets. Le développement de l'agence et un projet de start-up démarré pendant mon cursus à l'ESCP.

L'agence a bien gagné en visibilité au point où une très belle marque française m'a contactée pour répondre à un appel d'offre. La mission était absolument géniale, avec plusieurs chantiers. N'étant pas suffisamment staffée, j'ai dû finalement renoncer mais je reste très optimiste et satisfaite de voir que ce que je propose rencontre son succès. 
Quant au projet start-up, il avance plus tranquillement que je ne l'aurais souhaité mais je prends beaucoup de plaisir à y travailler également.

Pour l'instant, le rythme est moins soutenu que lorsque je travaillais à Paris mais ce que je fais me procure beaucoup de satisfaction. Cela m'a également permis de bien suivre la scolarité des enfants, ce qui était, après un changement d'école, tout à fait nécessaire.

Paris me manque parfois, Jean-Jacques Sempé aussi, mais j'essaie de m'y rendre de temps à autres (le plus souvent je l'avoue pour des rendez-vous bien spécifiques et donc je ne vois que peu mes amies). Nous ne sommes qu'à 1h20 en train quand il est à l'heure... et sinon je prends des nouvelles de tout le monde grâce à Instagram !

J'aime Troyes et j'aime pouvoir prendre ma voiture (de temps en temps et toujours en pensant au mono Eric, souvenez vous ...) pour rendre visite à mes grand-mères et mes parents. Je conduis plutôt mal parce que trop peu, la première vitesse couine encore au démarrage et l'embrayage patine plus souvent qu'à son tour, mais je crois que je commence à me rappeler de mieux en mieux quel carburant je dois mettre avant d'être à sec. Parfois quand je ne sais plus, j'appelle Sweety au bureau ... ou je demande à un voisin de pompe s'il veut bien m'aider à revisser ce fucking bouchon de réservoir. Donc je progresse. Lentement.

Au final, toute cette lenteur c'est un peu à cause de la province. Mais on s'y fait... enfin, j'essaie de ne pas m'énerver.

La ville est surtout très bruyante et moins rassurante je trouve que notre petite ville de banlieue qui finalement était très bourgeoise et paisible. Quelqu'un pétait dans la rue, la BAC intervenait et j'avoue, j'aimais ça. Ça me rassurait. Ici ils doivent être en sous effectif. Ou alors c'est qu'en face ils sont plus nombreux. Bref, j'ai acheté des boules quiès.

En dehors de cela, la ville de Troyes est vraiment belle, accueillante, souriante. On y mange bien et on y pratique beaucoup d'activités très agréables qui se terminent souvent par une coupe de Champagne.
Les enfants pour la rentrée prochaine iront aux Beaux Arts et au Conservatoire, danser, chanter, dessiner, modeler. Je vais détester le mercredi mais ils devraient s'épanouir. S'ils ont le talent que j'espère, nous monterons une troupe de farfadets et traverserons la France en représentation, moins dopés que les cyclistes du Tour.

Voilà pour les nouvelles mes bijoux, si vous avez tout lu vous aurez envie de venir visiter Troyes mes mignons et qui sait ? Peut-être voudrez-vous tout plaquer, banlieue et ligne 13, pour venir vous rouler dans l'andouillette au Chaource, vous enivrer au Champagne, vous finir à la prunelle de Troyes et poser ici vos valoches. Allez savoir.






Voyez comme je ne vous raconte pas d'histoire, la ville est belle !!






Le MOPO dont je vous ai souvent parlé (sur instagram) est un musée splendide incontournable (où en ce moment on peut jouer du pipo, encore plus souvent qu'à la maison) !



Et sur ce, gros bisous mes poulets ...


(Cette splendide photo, prise par Frédéric Lopez le talentueux, a été prise lors de l'instameet organisé par Troyes Champagne Tourisme hier soir. La vue était splendide ...)


2 commentaires:

  1. Beau bilan, encourageant. La vie à Troyes a l'air bien douce, et ton entreprise a des débuts prometteurs.
    En revanche, on dirait que les lectures de Troyes font planer ? :)

    Bel été à toi et aux tiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Françoise !! Je réponds tardivement mais j'avais bien lu ton com dans les temps ... excuse moi ! Oui la vie est sympa à Troyes il ne me reste plus qu'à gagner ma vie avec WoM et ce sera parfait ! je t'embrasse

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...