dimanche 29 mars 2015

L' histoire du soir ...

Dans ce billet, je vous parle aujourd'hui de trois livres, abordant le thème de la différence et de l'amitié.
Attention âmes sensibles, ces trois livres sont très très différents (ça tombe bien) du point de vue du graphisme, de l' écriture et de l'histoire elle même.
Je les ai lu à mes deux "grands de 5 et 7 ans". Chacun y prenant ce qu'il voulait, ce qu'il pouvait, même si je suis particulièrement revenue sur Pibi, la fin ayant particulièrement "inquiété" mon aîné ...
 
 
Dans Un monde de cochons (aux Editions Pastel et de mon adoré Mario RAMOS), les cochons sont en force et cette fois-ci le loup "un drôle de zigoto" est "l'espèce menacée" ... C'est sans compter sur la curiosité de Fanfan qui, malgré les mises en garde de ses camarades, va tout faire pour devenir l'ami de Louis, et qui, par amitié ... va faire beaucoup ...
 
 Personnellement, j'aime les illustrations de Mario Ramos, j'aime son loup que l'on retrouve un peu partout, j'aime l'histoire qui colle aux images, j'aime le ton, j'aime tout et chez nous Chouiny qui est une grande adepte des histoires de loup, adooooore aussi  (et puis dès que ça parle de ce qui se passe à l'école, là c'est le jackpot pour tout le monde !!).




Le second livre de Véronique Saüquère, Super crâneur le nouveau de la classe (de la collection Zoé Kézako éditée chez Frimousse), je l'ai choisi pour mon Fouiny ... Fouiny est "très présent" en classe et ne rentre pas bien dans le moule. Sans doute fait-il "son intéressant" pour se faire remarquer par la maîtresse et faire marrer les copains, ce qui parfois produit l'effet inverse de ce qu'il souhaiterait certainement récolter... Super crâneur, lui, vient d'un autre pays, il est le nouveau de la classe et a toujours un truc incroyable à raconter ... Ce qui ne plaît pas du tout à Zoé Kézako qui sent qu'on veut lui voler la vedette ... C'est alors la surenchère qui mène à l'accident ! Accident qui va révéler Super crâneur aux yeux de tous, sous un tout autre jour ...
 
Je ne suis pas très fan de Zoé Kézako, mais mon fils, lui, connaissait déjà et visiblement il aime beaucoup ... Ca n'est pas un livre que j'aurais acheté (ce sont les dessins qui me plaisent le moins en fait), mais il a le mérite de traiter de la différence et de nos a priori avec une grande simplicité, et ça, ça fait le job !
  



  
Enfin, je termine par Pibi mon étrange ami, celui que j'ai préféré, tant par la finesse et la poésie de ses dessins, que par la profondeur du récit. L'histoire racontée est une histoire vraie, vécue par l'auteur lui même, le coréen Jin-Heon Song. Ce livre est édité chez Le Sorbier. Les illustrations, réalisées au crayon noir, sont d'une délicatesse incroyable et le récit, simple est vraiment touchant. Il s'agit d'une histoire d'amitié entre deux petits garçons dont l'un est autiste... On pourrait alors se dire qu'expliquer ce handicap à une petite de 5 ans et à son frère de 7 ans n'est pas chose aisée, mais l'auteur nous donne la clé par comparaison : l'image de l'enfant autiste s'enfonçant de plus en plus loin dans la forêt m'a mise sur la piste et je crois que chacun a compris de quoi l'histoire parlait : amitié, différence et force de l'amitié pour dépasser encore une fois tous les a priori.




 


 
Je termine ce billet par une citation de Mario Ramos que je trouve si juste :

"Un bon livre c’est d’abord une bonne histoire.
Le texte et les dessins sont intimement liés, les deux racontent l’histoire. Sans oublier l’humour ( la politesse du désespoir ).
Je recherche la simplicité (qui demande parfois beaucoup de travail).
L’album pour enfants parle aussi aux adultes, d’où l’importance des différents niveaux de lecture. De toute façon, un enfant comprend toujours beaucoup plus que ce qu’on croit. " Mario Ramos.

Si cette série de billets vous plait et vous aide à faire un choix le samedi matin devant les rayons de la médiathèque, faites le moi savoir, je poursuivrais autant que possible l'exercice. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...